Changer de langue : NL

Ergothérapeute, le couteau Suisse des SAM Ajouté le 25/02/2021 à 14h54

Ergothérapeute, le couteau Suisse des SAM

Parmi les métiers du secteur paramédical, l'ergothérapie est l'un des services les moins connus du grand public et pourtant très important dans la vie quotidienne des patients et de leur SAM! Aménagement du domicile, conseils pour le maintien à domicile, accompagnement de la personne fragilisée et de son entourage, etc. les attributions d'un ergothérapeute sont vastes. Focus sur ce métier "couteau Suisse" avec Béatrice Theben.

Comment définiriez-vous le métier d’ergothérapeute ?

L’ergothérapeute, c’est un professionnel de la santé. Il identifie et évalue les difficultés de fonctionnement des enfants, adultes et personnes âgées. Il peut accompagner dans l’amélioration de la qualité de vie au quotidien.

Dans quels contextes retrouve-t-on les ergothérapeutes ?

En institutions -dans des centres de réadaptation, des hôpitaux, des maisons de repos et de soins, des maisons médicales, des mutuelles- et à domicile.

 En général, on les retrouve dans des cas de problèmes de santé graves, de type : handicap, maladie chronique, santé mentale, accidents, etc.

Pour les personnes sortant d’une période d’hospitalisation et qui retournent vivre chez elles, quels services proposez-vous ?

L’ergothérapeute à domicile recherchent des solutions alternatives pour adapter l’environnement de la personne, au regard de sa condition. Il va chercher et tester un certain nombre d’aides techniques à intégrer au quotidien. Il va tenter de maintenir les activités du patient dans les soins personnels, dans la vie domestique, dans la participation sociale et familiale, dans sa vie professionnelle ou scolaire, dans ses loisirs.

Que pouvez-vous apporter aux SAM de personnes malades ou handicapées ?

L’ergothérapeute apporte son évaluation des capacités du patient. Il constitue un relais, un accompagnement, aussi bien pour le patient que pour ses proches. Il peut s’occuper de la mise en place de solutions de répit pour l’aidant (soutien, aides humaines, activités de répit, groupes de paroles, etc.) et réaliser du coaching.

L’un des rôles de l’ergothérapeute est de tenter de garder l’équilibre dans le duo aidant-aidé, de faire en sorte que l’aidant ne devienne pas « que » le soignant. Il l’est souvent forcément mais il faut le préserver.

L’ergothérapeute va donc analyser la situation, analyser l’environnement, le niveau de satisfaction des 2 personnes et leurs habitudes de vie. Il va ensuite proposer ses recommandations.

Quels sont les tarifs habituels pour une session d’ergothérapie ?

Le tarif de base pour une séance est de 50€ l’heure, un montant qui va fluctuer en fonction de différents paramètres, dont les frais de déplacement ou l’utilisation d’outils. Un remboursement est possible sous certaines conditions reprises sur le site de l’INAMI.

Au niveau de la formation, comment cela se passe-t-il pour les ergothérapeutes ? Comment les SAM peuvent-ils s’assurer de leurs compétences ?

Il existe une formation de 3 ans organisée en hautes écoles et qui suit le programme standard minimum de la WFOT (l’organisation mondiale des ergothérapeutes).

Au niveau de la reconnaissance officielle, un agrément est délivré par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est automatiquement suivi par le visa, délivré par le SPF Santé Publique. Vous pouvez d’ailleurs vous assurez de l’accréditation d’un ergothérapeute sur le site du SPF Santé Publique.

Privilégiez les membres de l’UPE (Union Professionnelle des ergothérapeutes belges francophones et germanophones).

Comment voyez-vous le futur de votre métier, les évolutions possibles, à court et long termes ?

De plus en plus d’ergothérapeutes vont sortir des institutions, pour travailler au domicile des patients ou dans des structures de proximité, présentes dans leur quartier.

L’ergothérapeute étant un spécialiste de l’environnement, il va de plus en plus se rendre dans l’environnement du patient. Il est également fort possible que beaucoup de professionnels de l’ergothérapie optent pour le statut d’indépendant.

Consultez le site de l'UPE (Union Professionnelle des Ergothérapeutes belges francophones et germanophones).

author pic Source de
l'article

SAM le Réseau des Aidants / Réseau SAM

Initié en 2016 par l’ASBL Aidants Proches Bruxelles et son projet baptisé alors « Mon Réseau Aidant Bruxelles », le « Réseau SAM » est sorti de sa phase-pilote en septembre 2018 et repris dès lors par l’ASBL éponyme : « SAM-le Réseau des Aidants » créée spécifiquement pour faire évoluer cette initiative d’envergure. Le leitmotiv : « tous les aidants proches sont des SAM mais tous les SAM ne sont pas forcément aidants proches » caractérise la volonté de l’association de travailler en prévention, avant que les aidants ne se trouvent épuisés par la situation. L’idée est de les soulager dans leur quotidien en donnant de la visibilité aux soutiens existants mais également en proposant une campagne de communication calquée sur le modèle du « BOB » et facilitant donc l’auto-reconnaissance des aidants avant qu’ils ne tombent dans l’épuisement. Sur le Réseau SAM, les personnes dites « Solidaires à la Maison » (pour « SAM »), c’est-à-dire toutes personnes soutenant un proche en perte d’autonomie à cause de la maladie, du handicap ou de l’âge avancé, trouveront du soutien via un annuaire médico-social, des infos utiles et un espace d’échanges entre paires et avec certains professionnels du secteur.

Du même auteur

Ces articles pourraient vous intéresser