SAM d’un senior : comment protéger son proche d’un vol ? Ajouté le 03/04/2020 à 16h54

Être SAM d’un senior ne signifie pas forcément que vous cohabitez avec ce dernier. Souvent isolées, les personnes âgées sont les cibles préférées des malfaiteurs. Le point sur quelques bons conseils.

SAM d’un senior : comment protéger son proche d’un vol ?

Les stratagèmes utilisés par certaines personnes malfaisantes auprès des seniors sont souvent connus sous le terme : « vol par ruse ». En effet, le malfaiteur profite généralement de la crédulité des personnes âgées en se déguisant en policier, agent de télécommunication, ouvrier de la compagnie des eaux, etc. Bref, en portant un uniforme se voulant rassurant afin d’encourager la personne flouée à ouvrir sa porte et détourner son attention pendant qu’un complice commet le vol.

Un SAM avertit en vaut deux !

Pour éviter ces cambriolages, quelques conseils en matière de prévention peuvent s’avérer utiles :

Si le méfait a été commis, mieux vaut ne toucher à rien et laisser la police (la vraie, cette fois) prendre en charge l’affaire. Une enquête sera menée et les biens restitués s’ils sont retrouvés.

Si vous êtes témoin d’une arnaque ou d’un cambriolage, n’hésitez pas à contacter immédiatement le 101, numéro direct des services de police afin de déclarer le vol en cours et de venir en aide à la personne lésée.

Stop au démarchage !

Une autre forme d’escroquerie peut prendre la forme du traditionnel « porte à porte » par des démarcheurs souvent peu scrupuleux. Pour éviter d’être importuné par une quelconque société de démarchage (fournisseurs de gaz, électricité, abonnement téléphone, etc.), il vous est possible de demander un autocollant « stop démarchage » à poser sur votre sonnette ou boite aux lettres via le site RWADE (site d’association de consommateurs).

Arnaques liées au COVID 19

Tous les prétextes sont bons à prendre pour permettre aux personnes malintentionnées de s’arnaquer les personnes fragilisées, surtout en période de pandémie. Plusieurs médias relèvent des méfaits liés à la panique qui entoure le Coronavirus : vol par ruse mais également arnaque en ligne concernant de prétendus remèdes ou la vente à des prix exorbitants de gel hydro-alcoolique ou de masques de protection sont devenus monnaie courante ces derniers jours.

Il est donc impératif de redoubler de vigilance par ces temps troublés et surtout de contacter la police (au 101 ou bien au numéro du commissariat de votre quartier) au moindre doute.

Comme dit l’adage « prudence est mère de sûreté » et il vaut mieux prendre ses précautions lorsqu’on est senior ou SAM de seniors afin d’éviter toute tentative d’escroquerie qui pourrait porter un coup dur à encaisser tant au niveau matériel que psychologique.

author pic Source de
l'article

SAM ASBL /Fondation d'Utilité Publique

Le projet SAM a démarré en 2016, à l’initiative d’Aidants Proches Bruxelles. L’objectif de ce projet est de rendre visible l’offre existant actuellement à destination des aidants, ceci afin de soulager leur quotidien. Travailler à la prévention en facilitant l’accès à l’information et les interactions avec la communauté des SAM… Prévenir plutôt que guérir. L’un des objectifs majeurs de l’association étant la prévention. Rapidement on se rend compte qu’il est important de réfléchir à un point essentiel « tous les aidants proches sont des SAM mais tous les SAM ne sont pas forcément aidants proches ». Les études prouvent qu’une personne se déclarant « aidant proche » se trouve déjà en situation d’épuisement car elle n’a pas trouvé de soutien adéquat en amont. Aussi, inspirée de la campagne « BOB », c’est ainsi que nait l’identité «SAM». Elle a pour but de faciliter l’auto-reconnaissance de ces aidants potentiels et de créer un réflexe « Je suis SAM ». C’est pourquoi, en mai 2018, l’asbl Aidants Proches Bruxelles passe le relais à l’asbl SAM le Réseau des Aidants, créée spécifiquement pour porter ce projet qui sort de sa phase pilote et s’étend à partir de cette date à la Wallonie.

Du même auteur

Ces articles pourraient vous intéresser