Le b.a.-ba de l’aménagement du domicile Ajouté le 06/08/2018 à 14h15

Le b.a.-ba de l’aménagement du domicile

Lorsqu’un proche devient fragile, quelques petites astuces permettent d’améliorer son environnement afin qu’il reste, dans la mesure du possible, en sécurité.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les chutes sont la deuxième cause de décès accidentels ou de décès par traumatisme involontaire dans le monde. Et, sans surprise, ce sont les seniors qui en sont le plus souvent victimes.

En effet, les personnes qui font le nombre de chute mortelle le plus important se situent dans la tranche d’âge des « plus de 65 ans » même si les enfants restent également un groupe sensible. Il est donc essentiel d’aménager l’environnement des personnes fragiles pour éviter qu’elles ne prennent des risques inutiles.

Zones dangereuses

Certaines pièces du domicile sont plus propices au risque de chutes que d’autres, notamment les escaliers et la salle de bain. Il existe quelques astuces simples et peu coûteuses pour permettre à votre proche de rester dans son domicile en toute sécurité.

-        Les cages d’escaliers : il est primordial d’installer une rampe ou une main courante (si possible de part et d’autre de l’escalier) afin que la personne fragilisée puisse se tenir lors de ses déplacements. Il est également possible d’apposer un collant antidérapant le long des marches pour garantir une meilleure stabilité à l’aidé.

-        La salle de bain : si l’idéal reste une douche à l’italienne (sans bac de douche) avec un tabouret adapté si nécessaire et une barre d’appui, certaines salles de bain ne peuvent pas être adaptées. Toutefois, il existe des tapis antidérapants destinés aux environnements mouillés ou humides qui peuvent limiter le risque de glisser. Les barres d’appui sont, quant à elles, également utiles et faciles à placer dans les toilettes.

Pièces de vie

Les pièces de vie comme le living ou les chambres ne sont pas sans risque pour la personne fragilisée. Quelques aménagements peuvent rapidement être effectués comme par exemples :

-        L’installation d’une moquette comme revêtement de sol ou, à défaut, des tapis. Cependant, une petite astuce supplémentaire consiste à fixer le tapis avec du scotch double face pour éviter qu’il plisse et provoque une chute !

-        Penser à dégager le sol au niveau des zones de passage en évitant les meubles trop rapprochés ou les câbles électriques susceptibles de faire chuter l’aidé.

-        Eclairer les pièces fréquentées par le proche fragilisé afin qu’il puisse voir où il met les pieds. En particulier, le chemin menant aux toilettes qui pourrait être problématique de nuit. Une astuce supplémentaire consiste à installer des détecteurs de mouvements (en dehors des chambres) enclenchant la lumière pour éviter à la personne de se déplacer dans le noir jusqu’à l’interrupteur.

L’aidé peut sans problème réaliser ses petits aménagements avec son aidant proche pour s’assurer que tout soit à sa mesure ; entre autres pour l’éclairage qui doit lui permettre de voir devant lui et non l’éblouir !

author pic Source de
l'article

SAM ASBL /Fondation d'Utilité Publique

Initié en 2016 par l’ASBL Aidants Proches Bruxelles et son projet baptisé alors « Mon Réseau Aidant Bruxelles », le « Réseau SAM » est sorti de sa phase-pilote en septembre 2018 et repris dès lors par l’ASBL éponyme : « SAM-le Réseau des Aidants » créée spécifiquement pour faire évoluer cette initiative d’envergure. Le leitmotiv : « tous les aidants proches sont des SAM mais tous les SAM ne sont pas forcément aidants proches » caractérise la volonté de l’association de travailler en prévention, avant que les aidants ne se trouvent épuisés par la situation. L’idée est de les soulager dans leur quotidien en donnant de la visibilité aux soutiens existants mais également en proposant une campagne de communication calquée sur le modèle du « BOB » et facilitant donc l’auto-reconnaissance des aidants avant qu’ils ne tombent dans l’épuisement. Sur le Réseau SAM, les personnes dites « Solidaires à la Maison » (pour « SAM »), c’est-à-dire toutes personnes soutenant un proche en perte d’autonomie à cause de la maladie, du handicap ou de l’âge avancé, trouveront du soutien via un annuaire médico-social, des infos utiles et un espace d’échanges entre paires et avec certains professionnels du secteur.

Du même auteur

Ces articles pourraient vous intéresser