Cuisine : les seniors aux fourneaux Ajouté le 14/11/2019 à 15h32

Cuisine : les seniors aux fourneaux

La cuisine est une pièce-clé au sein d’une maison et puis, qui n’a jamais apprécié les bonnes recettes de grands-mères ? Pour que les seniors puissent continuer à cuisiner, quelques petites astuces existent pour rendre leur espace plus ergonomique.

S’il est impossible d’investir dans une cuisine adaptée, il est toutefois envisageable de mieux aménager l’espace existant. L’idée de base est d’améliorer l’accessibilité et la sécurité afin de limiter les efforts mais aussi les chutes ou les accidents.

Une cuisine, cinq zones

Avant toutes choses, il est important de redéfinir et de regrouper les zones de travail. Elles sont au nombre de cinq : préparation, cuisson, lavage, rangement et provisions.

Si ces zones sont, dès le départ, bien définies et aménagées, alors les manipulations, la visibilité et l’ergonomie sont déjà nettement améliorés pour l’utilisateur.

Il est également primordial de bien organiser la zone de rangement en laissant à portée de main les ustensiles les plus fréquemment utilisés. Par exemple, il faudrait mettre les couverts et les casseroles avec lesquelles le sénior cuisine le plus fréquemment dans les tiroirs du haut. A l’inverse, il faut reléguer dans le bas des armoires les gadgets inutiles ou obsolètes qu’il tient tout de même à conserver « au cas où ». Ainsi, lors des manipulations, la personne âgée ne devra pas trop s’abaisser ni faire d’efforts qui risquerait de la fatiguer ou pire, la blesser.

Cuisine : les seniors aux fourneaux

Si la cuisine existante dispose de beaucoup de meubles de rangement placés en hauteur, il existe des systèmes de motorisation permettant d’abaisser l’armoire et ainsi en faciliter l’accès sans perdre de place.

Pour les seniors, il vaut également mieux privilégier les tiroirs à la place des armoires qui les obligent à s’abaisser. De plus, il est conseillé de ne pas empiler trop d’objets car cela contraindrait l’utilisateur à tout soulever pour saisir ce qui se trouve en-dessous.

Les poignées de portes ou de tiroirs sont facilement changeables pour peu de frais et peuvent apporter un avantage aux seniors si elles sont faciles à ouvrir.

A bonne hauteur

Cuisiner peut être fatiguant pour les seniors. En effet, cela demande généralement d’effectuer beaucoup de petits mouvements répétitifs et de rester debout ! Une bonne alternative pour éviter de s’épuiser trop vite est de cuisiner assis ou du moins, effectuer certaines tâches comme l’épluchage en position assise.

Certains éléments de cuisine peuvent éventuellement être installés sur roulettes ce qui permet au senior de s’asseoir quand il estime que c’est nécessaire tout en continuant son activité.

Le plan de travail doit également se trouver à une hauteur permettant au senior de cuisiner confortablement sans avoir mal nulle part. D’ailleurs, tout le mobilier devrait être placé à bonne hauteur afin d’éviter tout risque de brulure ou de chute à cause d’un four trop haut ou d’un lave-vaisselle trop bas.

Un ergothérapeute pourra facilement indiquer, si nécessaire, les aménagements supplémentaires à réaliser pour améliorer le confort des seniors sans forcément se ruiner.

author pic Source de
l'article

SAM ASBL /Fondation d'Utilité Publique

Initié en 2016 par l’ASBL Aidants Proches Bruxelles et son projet baptisé alors « Mon Réseau Aidant Bruxelles », le « Réseau SAM » est sorti de sa phase-pilote en septembre 2018 et repris dès lors par l’ASBL éponyme : « SAM-le Réseau des Aidants » créée spécifiquement pour faire évoluer cette initiative d’envergure. Le leitmotiv : « tous les aidants proches sont des SAM mais tous les SAM ne sont pas forcément aidants proches » caractérise la volonté de l’association de travailler en prévention, avant que les aidants ne se trouvent épuisés par la situation. L’idée est de les soulager dans leur quotidien en donnant de la visibilité aux soutiens existants mais également en proposant une campagne de communication calquée sur le modèle du « BOB » et facilitant donc l’auto-reconnaissance des aidants avant qu’ils ne tombent dans l’épuisement. Sur le Réseau SAM, les personnes dites « Solidaires à la Maison » (pour « SAM »), c’est-à-dire toutes personnes soutenant un proche en perte d’autonomie à cause de la maladie, du handicap ou de l’âge avancé, trouveront du soutien via un annuaire médico-social, des infos utiles et un espace d’échanges entre paires et avec certains professionnels du secteur.

Du même auteur

Ces articles pourraient vous intéresser