Changer de langue : NL

L’endométriose : pas « que » des règles douloureuses Ajouté le 03/12/2021 à 11h57

Depuis quelques années maintenant, les femmes lèvent progressivement le tabou sur les règles. Le sang, l’inconfort voire même les douleurs… mais une maladie insidieuse peut se cacher dans l’intimité des femmes : l’endométriose.

L’endométriose : pas « que » des règles douloureuses

Parfois très difficile à vivre au quotidien, l’endométriose se définit comme la présence en dehors de la cavité utérine de tissus cellulaires semblables à l’endomètre ; qui subira lors des menstruations l’influence des modifications hormonales. Plusieurs hypothèses médicales tentent d’expliquer l’origine de cette pathologie néanmoins, la plus répandue est la théorie de « l’implantation » : sous l’effet des contractions utérines provoquées par les menstruations, une partie du sang est expulsé dans les trompes et arrive dans la cavité abdomino-pelvienne. Le sang contient alors des cellules endométriales, ou du moins, sont semblables à celles-ci, qui ne seront donc pas détruites par le système immunitaire et vont donc s’implanter voire proliférer sur les organes voisins (péritoine, ovaire, trompe, intestin, vessie, uretère, diaphragme…).

Signaux d’alerte

Les douleurs importantes lors des règles sont un signe important mais, il arrive que d’autres symptômes se manifestent sans lien apparent avec les menstruations tels que : des troubles digestifs, des troubles urinaires, des douleurs lombaires, des douleurs pelviennes, des règles hémorragiques mais aussi des douleurs lors des rapports sexuels ou encore des douleurs neuropathiques et de la fatigue chronique voire même de l’infertilité.

Diagnostic tardif

Le diagnostic tombe malheureusement souvent assez tard car peu de médecins sont sensibilisés à cette pathologie qui touche pourtant une femme sur dix en âge de procréer. L’infertilité causée par l’endométriose est à l’origine de nombreux diagnostics car souvent les patientes ne trouvent pas le bon interlocuteur ou ne suivent pas un traitement adéquat car elles ignorent tout simplement qu’elles sont atteintes d’endométriose avant de vouloir fonder une famille et de rencontrer des difficultés dans la réalisation de cet objectif.

Sororité

Ces dernières années, de nombreuses jeunes filles et femmes ont levé le tabou sur les règles et mis des mots sur leurs douleurs anormales : l’endométriose. Suite à cela, plusieurs associations ont été fondées en Europe dont « Toi Mon Endo » pour la Belgique. Ces associations ont pour but de soutenir les jeunes femmes atteintes par cette pathologie mais également orienter celles en attente de diagnostic vers les bons spécialistes comme les centres dédiés à Liège et à Namur.

author pic Source de
l'article

SAM le Réseau des Aidants / Réseau SAM

Le projet «Solidaire A la Maison» (SAM) a démarré en 2016, initialement au sein de l'asbl Aidants Proches Bruxelles, avant de devenir une asbl distincte en 2018. «Ah si j'avais su que ce type de structure existait » (...) « Je vous appelle mais je ne peux pas être aidé ... c'est ma femme l'aidant proche pas moi » (…) Interpelée par les appels téléphoniques témoignant de l’énergie que ceux-ci devaient consacrer à la recherche d’informations et de leur épuisement, l’équipe de SAM s’est mobilisée avec comme but de permettre aux aidants de consacrer leur énergie à l’accompagnement et au soutien de l'aidé. Pour ce faire, SAM s’est attelé à la création d’un site www.reseau-sam.be visant à faire en sorte que tout aidant trouve de l’aide et que toute aide puisse trouver le public auquel elle s’adresse.

Du même auteur

Ces articles pourraient vous intéresser