Comment diminuer le stress au quotidien ? Ajouté le 05/09/2018 à 16h08

Sans cesse partagés entre deux vies, la leur et celle de leur proche, les SAM sont souvent sous pression. Il existe des moyens de réduire ce stress. Voici les conseils d’Alia Cardyn*.

Comment diminuer le stress au quotidien ?

- Quels principes d’organisation recommandez-vous de suivre pour limiter le stress?

Le stress provient souvent d'un sentiment d'avoir trop à faire. Rationnellement, seuls 70 pour cent d'une journée devraient être planifiés pour laisser la place aux urgences, aux imprévus ou à un temps pour souffler.

Et s'il y a trop à faire et que l'on ne peut rien contre cela, mieux vaut tenter d'être un doux allié pour soi. Accepter que cette phase de vie soit plus chargée que ce que l'on peut ou veut, demander de l'aide, dormir plus tôt, s'entourer de belles personnes.

- Quelles sont nos failles dans cette gestion ? Avons-nous une vision trop optimiste du temps ?

Notre société nous pousse constamment à en faire plus, ce qui est une aberration car plus que tout, l'être humain a besoin de pouvoir prendre son temps. Si en plus de gérer votre quotidien, vous apportez de l'aide à un proche, vous êtes déjà sans doute doté(e) d'une très belle gestion de votre temps. L'idée est plutôt alors de vous offrir plus de douceur dans un quotidien exigeant. Ces moments sont difficiles à placer si vous êtes fort tourné vers les autres. Il y a toujours une plus grande urgence. Une solution peut être alors de définir un ou plusieurs temps par semaine (inscrits dans votre agenda au même titre que le reste) pour prendre soin de vous (marche, sport, sieste ou tout ce qui vous ressource).

- Quelles astuces adopter pour ne pas se laisser dévorer par cette « double vie » (la sienne et celle de l’autre)?

Faire chaque jour le silence en soi pendant quelques minutes. L'être humain est doté d'une magnifique intuition. Comment vos deux vies peuvent-elles mieux se lier ? Quelles petites adaptations peuvent être faites pour que votre programme soit plus léger ? Prenez le temps de vous écouter car en tant qu'expert de votre quotidien, vous détenez les meilleures réponses.

- Comment mieux profiter des petits moments mis en place pour « respirer » ?

En n'exigeant pas de soi de profiter! Si l'on court comme une poule sans tête pour tout réaliser, il est logique qu'une fois, à l'arrêt, on soit un peu perdu. Se laisser vivre ces moments de répit comme ils viennent. Essayer de se faire plaisir, de se reposer et si l'objectif n'est pas atteint, se dire que l'on apprend à profiter et qu'avoir pris un moment pour soi est déjà un grand pas.

- Quelles pistes suggérez-vous pour retrouver de l’énergie quand on en manque ?

Répondre à ces deux questions et puis essayer de tenir compte des réponses:

- qu'est-ce qui me donne le plus d'énergie ?

- qu'est-ce qui me coûte le plus d'énergie ?

Parfois, il s'agira d'un détail à modifier. Par exemple, ce qui peut coûter de l'énergie c'est de manquer d'authenticité, de devoir sourire quand on n'en a pas envie au lieu de simplement s'autoriser à être soi. Une autre perte courante d'énergie est de dire "oui" quand on pense "non" ou de ne pas exprimer ce que l'on ressent.

Il ne faut pas nécessairement de grands changements pour augmenter son énergie, de petits détails peuvent faire énormément.

 

*Alia Cardyn est coach de vie et écrivain.

Elle est l’auteur notamment de Créer son équilibre Vie privée & Vie professionnelle et de Petit manuel de survie dans la jungle du quotidien (éditions Jouvence)

Plus d’infos : www.aliacardyn.com

author pic Source de
l'article

SAM ASBL /Fondation d'Utilité Publique

Initié en 2016 par l’ASBL Aidants Proches Bruxelles et son projet baptisé alors « Mon Réseau Aidant Bruxelles », le « Réseau SAM » est sorti de sa phase-pilote en septembre 2018 et repris dès lors par l’ASBL éponyme : « SAM-le Réseau des Aidants » créée spécifiquement pour faire évoluer cette initiative d’envergure. Le leitmotiv : « tous les aidants proches sont des SAM mais tous les SAM ne sont pas forcément aidants proches » caractérise la volonté de l’association de travailler en prévention, avant que les aidants ne se trouvent épuisés par la situation. L’idée est de les soulager dans leur quotidien en donnant de la visibilité aux soutiens existants mais également en proposant une campagne de communication calquée sur le modèle du « BOB » et facilitant donc l’auto-reconnaissance des aidants avant qu’ils ne tombent dans l’épuisement. Sur le Réseau SAM, les personnes dites « Solidaires à la Maison » (pour « SAM »), c’est-à-dire toutes personnes soutenant un proche en perte d’autonomie à cause de la maladie, du handicap ou de l’âge avancé, trouveront du soutien via un annuaire médico-social, des infos utiles et un espace d’échanges entre paires et avec certains professionnels du secteur.

Du même auteur

Ces articles pourraient vous intéresser