Être SAM : Question d’argent Ajouté le 02/06/2020 à 11h34

Dossier rédigé par un professionnel

Être SAM implique parfois de se transformer en comptable et de faire face aux questions d’argent. Administration de biens, allocations majorées, forfait… jongler avec les finances n’est pas de tout repos. Le point sur les finances.

Être SAM : Question d’argent

Dans ce dossier, nous allons voir les différents dispositifs d'aide financière existants mais également les coûts découlant de certaines décisions concernant la vie de votre proche (lieu de vie, soins, travail, activités, etc.).

Dispositifs d'aide pour les personnes fragilisées

Certaines structures nationales ou régionales proposent des dispositifs d'aide prévus pour apporter un appui financier aux personnes en perte d'autonomie.

Parmi les dispositifs proposés par l'INAMI :

  • Le forfait incontinence : Il s'adresse aux personnes dépendantes incontinentes, sous réserve d’un accord du médecin-conseil et à condition de ne pas séjourner dans un établissement de soins avec la possibilité de bénéficier d’une intervention soins de santé.
  • Le forfait patients chroniques : Il s'agit d'une intervention visant les patients atteints de maladies chroniques qui se trouvent dans une situation de dépendance et qui ont dépensé un certain montant dans des prestations de santé
  • Le forfait palliatif : C’est une intervention sur les médicaments, le matériel de soins et les dispositifs médicaux des "patients palliatifs" ; ce statut s'acquiert sur avis du médecin.

Le SPF Sécurité Sociale verse également des aides, via la Direction Générale Personnes handicapées. Parmi les dispositifs mis en place :

  • Les allocations aux personnes handicapées : on en compte trois.
    • L’allocation de remplacement de revenus : elle est attribuée aux personnes handicapées âgées entre 21 et 65 ans, en incapacité de travail ou travaillant mais avec un salaire limité, à cause de leur handicap.
    • L’allocation d’intégration : elle est attribuée aux personnes handicapées âgées de moins de 65 ans et peinant dans les tâches de la vie quotidienne (préparer à manger, nettoyer, se laver, etc.).
    • L’allocation d’aide aux personnes âgées : elle est attribuée aux personnes handicapées âgées de plus de 65 ans. À partir de cet âge, cette allocation remplace les deux premières.

Ces trois allocations nécessitent l’introduction d’une demande auprès de sa mutuelle ou à la commune. Le montant qui vous sera attribué dépendra de l’évaluation de votre degré d’autonomie, réalisée par un médecin traitant.

  • Les allocations familiales majorées : si votre enfant a droit aux allocations familiales et a moins de 21 ans, vous pouvez percevoir des allocations familiales majorées. La demande se fait en remplissant un dossier auprès de votre caisse d’allocations familiales.

Parmi les dispositifs d’aide financière proposés par le PHARE (Bruxelles) :

  • Des aides financières et matérielles
  • La reconnaissance « Grande dépendance »

Parmi les dispositifs proposés par l’AVIQ (Wallonie) :

  • Des aides financières et matérielles
    • L’aide individuelle à l’intégration : C’est une aide financière qui couvre les frais d’aménagement du domicile, une partie du coût des aides techniques dont les aides de mobilité personnelle (cannes, adaptation de siège auto, etc.), celles pour les activités de lecture, écriture et écoute, etc.
    • Un budget d’assistance personnel : Il s’agit d’une somme versée chaque année (entre 1.000 et 35.000 €) en vue d’améliorer la qualité de vie à domicile des personnes handicapées. Cette somme couvre en partie les coûts liés aux actes de la vie journalière (se laver, faire le ménage, préparer les repas, etc.), mais également les loisirs, les déplacements liés aux activités de vie quotidienne, etc. La demande s’introduit auprès du Bureau régional dont la personne fragilisée dépend.
    • La prise en charge de frais de déplacement, au travail ou dans le cadre de soins de santé.
  • Des interventions dans l'enseignement :
    • La délivrance d’une attestation dispensant du paiement des droits d’inscriptions pour les formations en promotion sociale.
    • Une aide financière pour les frais de transport domicile/école.

Pour rappel :

La plupart de ces dispositifs fonctionnent sur la base du degré d’autonomie donc même si le « misérabilisme » a tendance à agacer les personnes en perte d’autonomie, il est préférable d’éviter de se montrer sous « son plus beau jour ». Pensez aux jours les moins optimaux pour obtenir une aide juste et correspondant réellement à votre vie quotidienne.

Dispositifs d'aide pour le SAM

L’ONEM permet aux SAM de mieux faire face au manque à gagner que pourrait entrainer le fait de ne pas travailler pour prendre soin de son proche. Parmi les dispositifs mis en place :

  • Le crédit-temps : Ce dispositif vous permet de réduire ou même suspendre temporairement vos prestations si vous vous retrouvez dans l’une des situations déterminées (si vous apportez des soins à votre enfant de moins de 8 ans, si vous prodiguez des soins palliatifs à une personne en fin de vie, si une personne de votre ménage ou de votre famille est « gravement malade », etc.).
  • Break@Work : Il s’agit d’une application qui vous permet de calculer le nombre de mois et de jours d’interruption de carrière ou de congé thématique auquel vous avez droit, en fonction de votre situation personnelle.

Dans les faits, il existe peu d’aides conséquentes financièrement à destination des aidants proches en Wallonie et à Bruxelles toutefois, certaines communes proposent une prime pour les aidants proches par exemple la commune bruxelloise d’Etterbeek. Il est donc préférable de s’adresser aux services sociaux communaux pour se tenir au fait de toutes les aides financières et sociales possibles pour les SAM et/ou leurs proches fragilisés.

Ressources liées à ce dossier