Zoom : Faire garder son enfant, pourquoi et comment ?

Publié le 21/09/2022 Publié par Le Réseau SAM
Partagez cet article

Faire garder son enfant que l’on soit soi-même dans un état de santé précaire ou que notre enfant soit lui-même malade ou en situation de handicap est tout à fait possible voire indispensable.

En fonction de l’âge de l’enfant, plusieurs options peuvent être envisagées : crèche, accueil d’enfants, activités extrascolaires… Faisons le tour des possibilités dans ce SAM Guide.























Pourquoi faire garder son enfant ?

Tout d’abord, faire garder son enfant revêt de nombreux avantages, tant pour le parent que pour l’enfant lui-même :























  • La socialisation : Un enfant 🧒🏽 qui fréquente d’autres enfants (et des adultes) au sein d’un lieu d’accueil sera plus sociable et apprendra plus rapidement les codes sociaux en vigueur dans son environnement.
  • La conciliation vie professionnelle et vie privée : La possibilité de mettre en place une garde d’enfant ne fut-ce que quelques jours par semaine permet aux parents de pouvoir conserver une activité professionnelle.
  • Et plus spécifiquement, le répit : En tant (SAM d’une) personne malade ou en situation de handicap, s’occuper d’un enfant 🧒🏽 n’est pas de tout repos. Avoir la possibilité de le faire garder, permet de s’octroyer un temps de pause. Inversement, quand l’enfant est lui-même souffrant ou en situation de handicap, pouvoir le confier quelques heures par jour ou par semaine à une institution est une occasion de s’octroyer un peu de répit (pour se ressourcer même brièvement et soutenir ainsi mieux son proche sur le long terme) .

Comment faire garder son enfant ?

En fonction de l’âge et de l’état de santé de l’enfant, plusieurs possibilités de garde existent qu’il s’agisse d’une garde régulière ou ponctuelle. 























Pour les enfants de moins de 5 ans 

Les enfants en bas âge 👶 n’ont pas encore d’obligation scolaire, les parents sont donc libres de les inscrire ou non dans un lieu d’accueil en fonction de leurs moyens financiers et de leur choix de vie :























  • Les accueillant(e)s d’enfants à domicile : Certaines personnes choisissent d’accueillir des enfants qui ne sont pas les leurs chez elles. En plus petit nombre et avec un accompagnement et un projet spécifique à chaque maison 🏡 d’accueil, ces enfants peuvent être en situation de handicap ou non en fonction de la formation et des choix de l’accueillant(e).
  • Halte-Garderie : Destinée à offrir une parenthèse de répit et un lieu d’échanges pour les parents, les halte-garderie sont des lieux d’accueil où les parents d’enfants en bas âge peuvent confier leurs enfants afin qu’ils interagissent avec leurs camarades mais également dans une démarche de soutien à la parentalité. Les accueillants prennent à la fois du temps pour l’enfant et ses parents qui pourraient être confrontés à certaines difficultés ou simplement très isolés.
  • Crèche / Maison d’accueil de la petite enfance : Les crèches (parfois appelé Maison d’accueil de la petite enfance) 🏡 sont des lieux d’accueil conventionnels pour les enfants ; il existe des crèches privées ou publiques. La différence majeure est le prix de la garde des enfants et l’encadrement ainsi que des services qui y sont proposés, par exemple le contrôle ou pas des instances en charge de la petite enfance en Belgique – ONE

Et si mon enfant a des besoins spécifiques ?

Certaines crèches sont « inclusives » et accueillent donc les enfants 👶 qu’ils soient « ordinaires » ou « extraordinaires », c’est-à-dire avec un handicap ou une pathologie plus ou moins lourde ; certains établissements sont même exclusivement consacrés à l’accueil d’enfants en situation de handicap comme la crèche de l’IRSA par exemple qui prend en charge les enfants en bas âge malvoyants voire non-voyants.

Ces lieux de soutien à la parentalité peuvent être un bon moyen de préparer l’enfant à entrer dans un lieu d’accueil comme une crèche ou au domicile de leur « Nounou ». Ils peuvent également permettre aux parents de rencontrer d’autres parents dans des situations similaires à la leur et tisser des solidarités de proximité.

Dans le cas d’un enfant gravement malade ou en situation de handicap, les parents peuvent également s’adresser aux professionnels de la petite enfance afin d’obtenir des conseils ou être orientés vers les services adéquats comme les services d’aide précoce.

Peu importe le mode de garde choisi, il est indispensable pour les parents de l’inscrire bien à temps s’ils souhaitent notamment un accueil dans un réseau « conventionné », autrement dit où le tarif du lieu d’accueil sera fixé en fonction des revenus des parents selon des barèmes 💰 légaux. 

A partir de l’âge de trois ans environ, les enfants peuvent être inscrits dans l’enseignement maternel même s’il ne s’agit pas encore de l’âge d’obligation scolaire. Il est important de souligner que l’enseignement 👨‍🏫 dit « spécialisé » n’existe pas pour accueillir les enfants en situation de handicap ; ils devraient être systématiquement être inclus dans l’enseignement traditionnel ou accueillis dans des établissements spécifiques à certaines institutions et/ou associations.























Pour les enfants en âge scolaire (à partir de 5 ans jusqu’à 18 ans)

Depuis 2020, l’obligation scolaire est passée de l’âge de 6 ans à 5 ans afin que les enfants effectuent au minimum une année de maternelle avant d’entrer en première primaire 👨‍🏫 ce qui leur permet de se familiariser avec l’environnement scolaire avant de passer aux apprentissages primaires comme la lecture, l’écriture et les mathématiques.

Malheureusement, tous les enfants ne peuvent pas être admis dans l’enseignement ordinaire ou même dans le spécialisé car leur état de santé ou le souhait des parents ne le permet pas. Il existe pour ces enfants la possibilité de suivre un enseignement à domicile pour ceux qui sont en mesure de le dispenser mais il existe également des lieux d’accueil comme des centres de jour pour les enfants en trop grande difficulté.

Bien évidemment, l’école 🏫 est avant tout un lieu d’apprentissage ; durant les vacances scolaires ou les moments où l’enfant n’est pas à l’école il est donc opportun de trouver des lieux d’accueil adaptés aux besoins de l’enfant ou de l’adolescent comme des stages et des séjours ou des activités extra-scolaires tout au long de l’année comme le handisport ou les mouvements de jeunesse.

L’annuaire médico-social du Réseau SAM reprend notamment dans sa catégorie « Loisirs / Activités » de nombreuses pistes d’activités extra-scolaires inclusives 🏀 voire des séjours adaptés pour les enfants « extraordinaires » ; entre autres Grattes ASBL ou encore Evasions ASBL mais également des associations comme les Dynamautes spécialisés dans l’accueil extrascolaire d’enfants autistes ou la Villa Indigo pour des séjours répit dans le cadre de pathologies lourdes.

Bien sûr, tout cela peut être préparer en fonction de l’enfant, de ses souhaits et de ses besoins. Les parents peuvent entrer en contact avec l’équipe éducative ou d’animation au préalable afin d’informer au mieux les professionnels sur la situation particulière de leur enfant.

Généralement, à minima, une fiche signalétique reprenant par exemple les traitements en cours ou les habitudes de l’enfant doit être complétée au préalable afin que le personnel l’ait toujours à portée de main en cas de besoin.























Faire garder un enfant occasionnellement : les différentes options

Avoir recours à une garde d’enfants ponctuellement peut s’avérer bien utile dans certaines circonstances !

Un petit rhume, une soirée en couple, une obligation professionnelle exceptionnelle ou n’importe quelle autre raison peuvent demander de s’organiser pour passer le relais à quelqu’un d’autres quelques heures durant. Les grands-parents 👴 ou tout autre membre de l’entourage, les aides familiales mais aussi les baby-sitters sont des options à envisager :

L’entourage : Si c’est envisageable d’un point de vue organisationnel, l’entourage et notamment les grands-parents de l’enfant (si leur santé leur permet) sont un moyen efficace et peu coûteux de passer le relais. Le soutien de l’entourage est d’autant plus précieux si l’enfant en question est en situation de handicap ou gravement malade.

Afin que cela se déroule au mieux, il est possible de prévoir de idées d’activités intergénérationnelles 👴🧒🏽 accessibles à tous ; cependant les grands-parents doivent parvenir à conserver le cadre imposé aux enfants par leurs parents.

Les services de gardes « professionnels » : Le soutien professionnel :























  • Les aides familiales et gardes d’enfant malade : Par l’intermédiaire des mutuelles, il est possible de faire appel à des services disposés à prendre le relais ponctuellement ou de façon plus régulière. En effet, le passage d’une aide familiale peut s’avérer utile dans l’organisation du ménage ; elle apporte son soutien de façon régulière par exemple en récupérant les enfants à l’école ou à leurs activités, en préparant les repas ou simplement en veillant sur eux en l’absence des parents. Les gardes d’enfant malade, quant à elles, prennent le relais au chevet de l’enfant malade à la place des parents lorsqu’ils sont indisponibles. Elles ne peuvent être sollicitées qu’un nombre limité de jours par année.
  • Les Baby-Sitter : Premier « job d’étudiant » pour pas mal de jeunes gens, le baby-sitting ponctuel peut être un recours bien utile pour les parents qui ont besoin de confier leurs progénitures. La plupart des baby-sitters se trouvent par le biais du bouche-à-oreille et par recommandations même si des applications ou des sites internet permettent d’entrer en contact avec des personnes souhaitant offrir leurs services en tant que gardien d’enfants.

De plus, la Ligue des Familles propose un service de garde pour enfant en situation de handicap ; bienvenu pour toutes les familles confrontées à ce type de difficultés et ayant besoin de s’octroyer des moments de répit.

Un enfant malade n’est pas forcément un enfant qui dort, il peut être nécessaire de trouver des activités à faire à la maison pour éviter qu’il ne s’ennuie.























La garde d’enfant : finances et contexte légal

Bien sûr, comme toutes prestations, faire intervenir une tierce personne pour prendre le relais auprès d’un enfant qu’il soit ou non malade ou en situation de handicap représente un coût.

Les crèches peuvent être ou non conventionnées et ainsi aligner leurs tarifs sur des barèmes fixés par la région en fonction des revenus des parents. L’ONE octroie parallèlement un soutien financier 💰 dans certaines circonstances.

Concernant l’enseignement, bien qu’il soit légalement parlant gratuit, une aide financière est octroyée à la rentrée pour soulager les parents dans l’achat des fournitures et autres manuels scolaires nécessaires à la poursuite des études.

Les activités extrascolaires quant à elles sont généralement payantes bien que les initiatives de quartier, communales ou associatives soient la plupart du temps peu onéreuses. En outre, certains mécanismes d'aide financière 💰 existent par l'intermédiaire des mutuelles ou des communes qui interviennent dans le financement des stages, activités extrascolaires ou sportives 🏀 voire séjour de répit pour les Jeunes Aidants Proches.

Concernant la garde d’enfant malade et les aides familiales, les mutuelles sont en mesure d’intervenir financièrement pour un certain nombre de prestations annuelles.

Enfin, un congé parental peut être demandé auprès de l’employeur des parents pour prendre soin de leur enfant mais d’autres congés thématiques existent en fonction de situation afin de pouvoir rester au chevet d’un proche en difficulté. Pour un enfant malade ponctuellement, il est possible pour l’employé de demander un congé non-rémunéré pour raison impérieuse

Peu importe l’état de santé ou la situation de handicap dans laquelle se trouve l’enfant, s’organiser pour pouvoir en confier ponctuellement la garde est essentiel lorsque l’on endosse le rôle de parent voire celui de SAM 🐢 pour un proche mineur d’âge.

Résumé de l'article

Lorsqu'on devient parent, trouver une solution de garde d'enfants est quasiment indispensable. Si l'entourage ne peut pas assurer pleinement cette tâche, il est nécessaire de se tourner vers des structures de garde comme : ☑️ Les crèches ☑️ Les activités extrascolaires ☑️ Les services de gardes à domicile Il va de soi que faire appel à de tels services a un coût... Ce SAM Guide fait donc également le point sur l'aspect financier de la garde d'enfants.
Partagez cet article